Il avait fait le générique de «Ça se discute», le percussionniste Guem est mort

Apparu sur : La voix du nord 

Il laisse derrière lui une trentaine d’albums et une mélodie inoubliable, celle du « Serpent » devenu le générique très populaire de l’émission « Ça se discute » avec Jean-Luc Delarue.

Triste nouvelle pour les percussions. Guem, surnommé « l’homme aux mains d’or » est décédé ce vendredi 22 janvier à Paris à l’âge de 73 ans, annonce RFI et El Watan.

Abdelmadjid Guemguem, de son vrai nom, laisse derrière lui une trentaine d’albums et une mélodie inoubliable, celle du « Serpent » devenu le générique très populaire de l’émission « Ça se discute » avec Jean-Luc Delarue. Mais le résumer qu’à cela serait bien réducteur.

L’artiste né en Algérie en 1947 pensait mener une carrière dans le football, quand il a rejoint la France à l’âge de 20 ans. Il a d’ailleurs fait partie des Red Stars de Saint-Ouen, seul club parisien de première division à l’époque avant que la musique le happe dans une toute autre direction. Le jeune homme, doué en percussions, est repéré au Centre Américain de Paris, où il joue aux côtés de musiciens de jazz (Steve Lacy, Michel Portal, Menphis Slim, Anthony Braxton…) et de la chanteuse Colette Magny. Là-bas, il danse et donne des cours de percussions.

Prodigieux

En 1973, sort « Percussions africaines » (Le chant du monde), son premier album. Avec ses élèves, il monte en parallèle une formation, « Zaka Percussions », dont sortira le fameux titre « Le Serpent », dans un opus « Guem et Zaka Percussions » en 1978.

Sa musicalité et son talent lui vaudront le surnom « l’homme aux mains d’or ». L’homme tape prodigieusement sur tous les congas, le djembé, la derbouka, la batterie… À force, l’artiste s’est forgé une renommée internationale. Il laisse derrière lui une trentaine d’albums.

Selon certains médias, le réalisateur algérien Hamid Benamra lui a consacré un film intitulé « L’homme aux mille mains », dont la sortie est prévue à la fin de l’année 2021.